Le groupe
Biographie :

Originaire de la région toulonnaise, eOn (Element Of Noise) est un groupe de brutal metalcore formé en 1999, né de la rencontre de quatre fans de musique brutale : Slayer, Sepultura, Hatebreed, Vision Of Disorder... Ils sortent leur toute première démo en 1999 et reçoivent un accueil encourageant. Les concerts s'enchaînent et le groupe acquiert une réputation de groupe de scène. Il sort une seconde démo fin 2001 et participe notamment à la compilation "Sudcore". Fin 2003, eOn s'attache à l'enregistrement d'un nouveau maxi qui sort en Février 2004 sur le label marseillais Disagree Records. Un nouvel allié vient rejoindre l’aventure eOn : la structure de management La Fissure Prod. qui s’occupe de professionnaliser un peu plus la démarche du groupe. En Novembre 2007, le compteur affiche une centaine dates, il est temps pour le groupe de rentrer en studio pour son premier album : "Unscared". Il est enregistré au Update Studio aux côtés de Serge Benis (Eths, Dagoba, Tripod, Fischer...). eOn est de retour en 2017 avec un nouveau line-up. Le nouvel album "Purgatory Inherited" fait basculer le groupe dans une nouvelle ère plus brutale, plus rapide.

Discographie :

2001 : "Mass Manipulation" (Démo)
2004 : "Brutal Awakening" (MCD)
2009 : "Unscared"
2013 : "Chaos Behind Us" (EP)
2017 : "Purgatory Inherated"


Les chroniques


"Purgatory Inherated"
Note : 15/20

eOn est un groupe de metal français formé en 1999, et qui revient en 2017 avec un deuxième album intitulé "Purgatory Inherated", dont l’artwork chaotique et original vous fera immédiatement saliver. Pour ce nouvel opus, le groupe a fait appel à un cinquième membre, et pas des moindres, puisque Ranko nous vient notamment d’Otargos et Svart Crown.

Lorsque j’ai lu que leur musique s’adressait aux fans de Black Bomb Ä, Comeback Kid, Slayer et Pantera, j’ai eu l’étrange sensation qu’on se foutait de ma gueule, et pas seulement parce que BBÄ fait tâche au milieu de ces légendes de la musique. Bon, ne souhaitant pas crever totalement idiot, j’ai quand même décidé d’écouter. Et j’ai eu raison. Même si eOn ne ressemble à aucun de ces quatre groupes, on peut quand même leur reconnaître quelques traits communs : la partie vocale ressemble parfois à celle de BBÄ dans son côté torturé, l’aspect cool et rassembleur de Pantera refait surface d’une certaine façon, on trouve un petit côté punk façon Comeback Kid, et surtout les riffs assez thrash de Slayer. Allez, on va dire ça, je prends le risque.

Le premier morceau, "Hatemarkers" (groupe engagé ?), s’ouvre sur une intro bien dark, qui sonnerait presque black metal, version non sataniste qui égorge des chèvres sur scène. La suite est plus sauvage, entre brutal death et métal extrême dopé aux amphétamines. À l’approche du milieu, ça switch en mode thrash HxC, mais ces enchaînements sont assez parfaitement réglés, donc ça passe plutôt bien, malgré une légère surprise lors des premières écoutes. Certaines mélodies m’ont fait penser à DevilDriver, surtout les plus rapides, qui restent dans une atmosphère assez sombre tout de même. Le deuxième morceau, "Legacy Of Shame", commence plus comme du death assez classique, avant d’accélérer et de nous offrir des riffs plus techniques qu’auparavant. Le micro a tendance à alterner les growls et les chants plus clairs de manière assez rapide, brusque, ce qui peut surprendre mais en ce qui me concerne, ça passe crème.

Finalement, eOn reprend de nombreux éléments, pioche à droite à gauche dans ce qui lui plaît et les mixe à sa façon. Le rendu ne révolutionne rien mais offre tout de même de bonnes écoutes, qui plairont sans doute à des fans venus d’horizons très différents.


Grouge
Juillet 2017




"Chaos Behind Us"
Note : 16/20

4 ans après "Unscared", les Toulonnais de eOn proposent "Chaos Behind Us", un EP bien énervé. Voyons voir ce qu'il se passe au long de ces 4 titres ! "My Last One" ouvre le bal. On est direct plongé dans l'ambiance, c'est pêchu, ça réveille et même qu'à la fin y'a du groove dedans. Vient ensuite "Nothing To Save" et on fait un bon en avant dans le domaine du "pas content". Un morceau sur une tonalité plus hardcore, on voit d'ici les pogos dans la fosse. Riffs efficaces, énergie, sans pour autant négliger la mélodie. Ce qui est agréable chez eOn, c'est qu'ils peuvent se permettre d'agrémenter leurs titres de passages plus mélodiques sans pour autant sombrer dans le plan-plan. 1 minute14 de "dans ta face", c'est ce que nous propose "Cockbag" qui continue efficacement ce qu'ont entamé les 2 premiers morceaux de l'EP : Nous réveiller. Un morceau qui s'écoute plusieurs fois d'affilée pour compenser sa courte durée !! Le dernier titre de l'EP, "Chaos Behind Us" ne déroge pas à la règle des pistes précédentes. Une fois de plus, c'est pêchu et efficace, et on se visualise aisément dans une fosse survoltée avec de la bière qui gicle partout ! En résumé, eOn nous gratifie d'un très bon EP dont le seul défaut au final est sa courte durée ! Raison de plus pour le faire tourner en boucle !


So Faya
Décembre 2013




"Unscared"
Note : 17,5/20

Gros coup de cœur pour ce nouvel album d’eOn, 13 titres sans répit, ça s’enchaîne, ça déboîte, ça regorge de riffs ingénieux, des structures qui changent toutes les huit mesures au cas où on s’échapperait quelques secondes. L’album est très bien construit, le son irréprochable, la batterie excellemment interprétée et enregistrée. La pochette très inspirée avec une explosion, un ciel orageux, un petit garçon mi-humain, mi-pantin (un Pinocchio hardcore). "Unscared", titre du CD, nous amène sur les terrains metalcore, punk hardcore. Chaque titre contient plusieurs séquences de style différent mais qui fusionnent parfaitement : "Draw The Road" dans la veine de Killswitch Engage, "Integrity" avec un riff de gratte proche d’Eths ainsi que "The Flat Arm Of Justice" pour la complicité guitare / batterie, les morceaux "Trained For Life" et "Scar" sont taillés à la façon hâchée de Cliché Boys, Meshuggah. A signaler un featuring très puissant sur "No Sacrifice" avec Poun de Black Bomb Ä, du gros Metallica sous amphétamine ! Bon bah là j’ai juste à dire que j’ai très fortement apprécié l’album de la première à la cinquième écoute du jour donc n'hésitez pas !


Unam
Mars 2009




"Brutal Awakening"
Note : 15/20

Le maxi du groupe Toulonnais commençait à se faire attendre et on est pas déçu du résultat ! Après une courte intro, on a droit à un déluge de metal, de hardcore, de thrash, de ce que vous voulez mais c'est une monumentale claque. eOn utilise à merveille tous les ingrédients de la brutalité : un hardcore survitaminé qui flirte avec le grindcore et avec des passages dignes d'un bon Slayer. Le tout est servi par une production impeccable, ce qui n'était pas le cas sur la démo précédente. A l'image du punk, ce sont souvent quelques notes de basse qui donnent le ton. Les titres sont directs, sans concession, et sont composés de breaks redoutables et toujours bien trouvés. La voix braillarde de Flo est, elle aussi, redoutable, elle rappelle un peu celle de Phil Anselmo. La petite surprise du maxi est le remix de "Mass Manipulation" par Le Bruit Qui Court, le résultat est assez détonnant, un genre de Thunderdome-core. Pour les connaisseurs d'eOn, vous retrouverez en tout trois des quatre titres de la précédente démo mais quoiqu'il en soit, connaisseurs ou pas, cette galette d'eOn est vivement recommandée à tous les fans de musique brutale.


Petebull
Février 2004


Conclusion
A écouter : Superficial (2004)

L'interview : Le groupe

Le site officiel : www.elementofnoise.com