Le groupe
Biographie :

Embryo est un groupe de death metal mélodique italien formé en 2000 et actuellement composé de : Eugenio "Uge" Sambasile (guitare), Roberto Pasolini (chant), Simone Solla (clavier), Enea Passarella (batterie / ex-Fear Flames) et Danilo Arisi (basse / Avelion, HellCircles). Embryo sort son premier album, "Chaotic Age", en Mars 2006 chez Officina Rock, suivi de "No God Slave" en Février 2010 chez Rising Records, de "Embryo" en Février 2015 chez logic(il)logic Records, et de "A Step Beyond Divinity" en Octobre 2017 chez Art Gates Records.

Discographie :

2006 : "Chaotic Age"
2010 : "No God Slave"
2015 : "Embryo"
2017 : "A Step Beyond Divinity"


La chronique


Je l'ai déjà dit dans une autre chronique à seulement quelques jours d'écart, mais les Italiens sont définitivement des monstres en matière de death metal. Embryo, formé en 2000 par Eugenio "Uge" Sambasile (guitare) et Roberto Pasolini (chant), est un groupe de death metal mélodique aux influences metalcore marquées. Au cours du temps leur line-up a évolué, mais Simone Solla (claviers) les rejoindra en 2004 et le batteur Enea Passarella en 2015. Le dernier arrivé est le bassiste Danilo Arisi cette année. Pour enregistrer leur quatrième album, les Italiens ont donc du faire appel à Simone Mularoni (DGM, Empyrios), leur producteur, pour la basse. Pour l'artwork ? Vous ne reconnaissez pas la maîtrise de Seth Siro Anton (Septicflesh) ?

L'album débute sur "The Same Difference", un titre aussi imposant que prenant. La rythmique s'emballe dès les premières notes, affichant une technicité dissimulée sous des claviers et une voix monumentale. Le growl puissant de Roberto continuera à sévir sur "Overwhelming Your Disgust". Un scream perçant prouve qu'il sait maîtriser plusieurs techniques à la perfection, alors que les autres membres affirment une fois de plus leur maîtrise, avec une basse qui joue un rôle primordial dans cette rythmique truffée d'harmoniques. "Vanguard For The Blind" s'affiche comme une composition chiadée, mais rentre plutôt facilement en tête grâce aux racines metalcore qui l'habitent. Si vous cherchez des ambiances percutantes, alors c'est sur "Painting Death" qu'il vous faudra vous pencher. Ce titre plutôt lent s'inscrit dans la lignée des riffs inspirés et axés sur la technique couplée aux samples, comme "Looking For The Divine" s'axe sur une rythmique rapide. Les riffs sont percutants comme jamais, et le refrain s'incruste dans votre esprit comme un burin dans une pierre. Après "Solitaria 1519", un petit interlude samplé, Leonardo intervient pour briser des nuques. C'est littéralement le seul but de cette composition au son imposant et réfléchi. On repart "The Greatest Plan", un autre titre qui mélangera atmosphères, riffs metalcore et technique sous-jacente pour former un morceau bien compact qui vous fera mal à la nuque à coup sûr. Si "Bastard Of The Brood" est plus lent, c'est pour mieux apprécier les harmoniques et les claviers qui sont légion, alors que "Mouth Of Shame" est beaucoup plus direct. Ce titre va vous faire remuer un pit. Guidé par la voix puissante de Roberto, l'auditeur se retrouvera projeté dans une tornade d'harmoniques dénommée "Witness Of Your Life". Les claviers n'arrangeront rien, et votre seul choix sera d'headbanguer frénétiquement. Pour "The Horror Carved", la composition finale, c'est la technique et la vitesse qui sont mises en avant. Un growl caverneux rejoint alors la partie en s'engouffrant dans vos tympans, puis la rythmique accélère encore jusqu'à mourir dans vos bras.

Définitivement très doués pour réaliser des compositions à la fois "rentre dedans" mais aussi techniques à souhait par moments, les Italiens méritent d'accéder à la scène death metal mondiale de manière beaucoup plus importante. "A Step Beyond Divinity" leur a fait franchir un pas supplémentaire vers la reconnaissance, et aussi vers les pits mouvementés.


Matthieu
Novembre 2017


Conclusion
Note : 18/20

Le site officiel : www.facebook.com/embryo.deathmetal