Le groupe
Biographie :

Influencé par des groupes tels que Korn, Slipknot, Dusk Of Delusion est un groupe de néo-metal fondé officiellement en Septembre 2016 en Meurthe-et-Moselle. Né de la volonté de ses membres de faire une musique à la fois énergique, scénique et mélodique, les cinq musiciens comptent bien déferler sur les scènes de l’Est, de France et d’ailleurs pour en découdre avec le public. Julien Skorka (basse / Elvaron, Louka) et Matthieu Morand (guitare / Elvaron, La Horde, Akroma, Louka) se connaissent bien pour avoir joué ensemble depuis longtemps et ont déjà sorti plusieurs albums. Ils décident en Janvier 2016 de se lancer dans des compositions plus rentre-dedans et compatibles avec la scène. Ils contactent Romu Carré (batterie / Redline, Echoes, Ghord) pour se lancer à l’aventure avec eux derrière les fûts puis Benoît Guillot (chant / Redline, Echoes) au chant. Le courant passe très vite entre les quatre comparses qui semblent partager la même vision du groupe. Décision est prise qu’un deuxième guitariste apporterait plus d’énergie et d’arrangement dans les compositions. Et c’est Claude Colmars (Forsaken World, Deadmen) qui intègre la formation. Le premier album du groupe, "(F)unfair", sort en Mars 2018.

Discographie :

2018 : "(F)unfair"


La chronique


En cet après-midi languedocienne quelque peu ensoleillée, je puis me remettre enfin devant mon ordinateur assis de façon confortable à mon bureau pour vous présenter un album issu de notre belle scène. Cet album, c’est "(F)unfair" des Nancéens de Dusk Of Delusion, premier opus de ce jeune groupe qui évolue dans un néo-metal très influencé par Korn et Slipknot (mais attention, le groupe ne se contente pas de copier ses idoles). Effectivement DOD pose sur musique, sa patte, son empreinte, son monde, son univers.

"(F)unfair", c’est 12 titres pour un peu plus de 53 minutes d’énergie. Vous me direz, rien de révolutionnaire dans leur musique, mais à l’écoute de "(F)unfair" on ressent toute l’envie du groupe et c’est exactement ça qu’il faut retenir, d’autant que le groupe a apporté un grand soin à son album en lui offrant de superbes visuels. Avec "(F)unfair", au risque de me répéter, je me rends compte et j’observe encore une fois que notre scène, malgré tout ce que l’on peu lire comme ignominies, nous confirme que l’on a des groupes, des musiciens qui s’arrachent littéralement pour la faire vivre et ce n’est pas un titre comme "The Juggler" qui me contredira.

En résumé, je dirais que Dusk Of Delusion nous offre avec son premier album un bon petit opus bien pêchu, et si vous êtes amateurs de rock bien énervé, je ne puis que vous encourager à vous pencher dessus. La vie n’est pas un cirque mais à la vue de ce qui peut se passer parfois, on se le demande…


Vince
Avril 2018


Conclusion
Note : 16,5/20

L'interview : Benoît Guillot

Le site officiel : www.duskofdelusion.com