Le groupe
Biographie :

Distilaltor est un groupe de thrash metal hollandais formé en 2013 et actuellement composé de : Frankie Suim (basse, chant / Gasoorlog, ex-Aggro, ex-Bellum Animi, ex-Extreem Eczeem, ex-Profligate, ex-Face The Fact, ex-Grasp Of Sense, ex-Sand Creek Massacre), Desecrator (guitare, chant / ex-Profligate, ex-Face The Fact) et Marco Prij (batterie / ex-Overruled). Distilaltor sort son premier album, "Revolutionary Cells", en Février 2015 chez Empire Records, suivi de "Summoning The Malicious" en Mai 2017, toujours chez Empire Records.

Discographie :

2015 : "Revolutionary Cells"
2017 : "Summoning The Malicious"


La chronique


Distillator est un groupe de thrash metal formé en 2013 aux Pays-Bas. Il est composé de Laurens H. (chant, guitare), Frank R. (basse, choeurs) et Marco P. (batterie). Leur second album "Summoning The Malicious" est sorti le 1er Mai 2017 chez Empire Records. Décidément, c’est la grande mode du thrash revival ces dernières années… les groupes naissent par dizaines, de tous les coins de la planète. Je vais en direction des Pays-Bas cette fois, écouter le dernier opus de Distillator, un groupe encore très jeune, avec un EP et deux albums à son actif. Comme je le dis souvent, en règle général la pochette d’un album ne trompe pas, et c’est le cas pour "Summoning The Malicious", qui est typiquement empreinte du style apocalyptique et dénonciateur du thrash metal des années 80, très mis en avant avec les œuvres de Ed Repka notamment.

Bref, parlons musique ! "Blinded By Chauvinism", avec son riff frénétique suivi par la batterie ravageuse se passe des bonnes manières. Ce morceau ne s’éloigne pas une seule fois des sentiers battus. La rythmique, ainsi que la voix estampillée Exodus : "Bonded By Blood" font leur petit effet, sans toutefois me convaincre totalement car la ressemblance avec les Américains de la Bay Area est trop évidente. "Mechanized Existence", quant à elle, semble voler davantage de ses propres ailes. Même si le phrasé rappelle incontestablement Slayer, son tempo fou semble impossible à arrêter, et nous entraîne dans les abysses du thrash metal. La vraie surprise de ce morceau est le passage instrumental qui prendra tout le dernier quart du morceau. Alors que l’on s’attendait à un titre court et efficace, celui-ci prend une toute autre direction, où la guitare coupante et la basse aux notes grondantes se renvoient la balle sur un rythme à la force tranquille. C’est un petit passage qui sans être terriblement original, apporte son trait de caractère au morceau. Distillator continue de nous surprendre quand l’intro de basse de "Summoning The Malicious" se fait entendre. Le crépuscule est tombé, place à une atmosphère sombre et lourde. Le chant est lui aussi plus grave et percutant. Les riffs de guitare grouillent tels des milliers de fourmis prises au piège. "Summoning The Malicious"nous plonge dans un malaise inexplicable, et c’est ça qui fait toute sa force d’impact.

L’album connaît tout de même quelques essoufflements, notamment avec "Estates Of The Realm" et "Enter The Void", aux rythmiques bateau et aux refrains peu engageants. J’ai également eu beaucoup de mal à m’habituer à la voix, et surtout aux petits cris impromptus et légèrement agaçants de Laurens. Heureusement pour moi, ils se font rares ! Hormis cela, l’album se bonifie au fil des morceaux, en passant du thrash basique, voire réchauffé à des compositions plus réfléchies et travaillées. "Algorithmic Citizenship" en est le parfait exemple. Le riff qui lance la machine sent l’exotisme et plus particulièrement les saveurs d’Orient, je dois avouer que je suis sous le charme. Le morceau dans sa globalité capte l’attention, par sa guitare alliant jeu groovy et speed, sa montée en puissance jusqu’au solo et son refrain on ne peut plus simple mais très efficace. Cependant, il semblerait que "Algorithmic Citizenship" soit un simple avant-goût de ce qui va suivre ! "Stature Of Liberty" pousse encore plus loin la rythmique orientalisante à la Artillery, et surtout le refrain, scandé par Laurens avec un phrasé impeccable, appuyé par des chœurs tout aussi percutants. En un mot, une réussite ! "Megalomania", morceau pêchu et très bien ficelé, est le dernier point fort de cet opus. Il nous laisse ainsi sur une très bonne note, on en redemanderait presque !

"Summoning The Malicious" est un album qui se défend plutôt bien. Il a évité de peu la chute dans le thrash vu et revu, en nous proposant quelques compositions plus intéressantes, du point de vue de la structure et du jeu des musiciens. Il ne peut malheureusement pas se hisser sur le podium, mais il est tout de même très respectable et sympathique à écouter.


Candice
Mai 2017


Conclusion
Note : 15/20

Le site officiel : www.distillator.eu