Le groupe
Biographie :

Dark Avenger est un groupe de power metal brésilien formé en 1993, reformé depuis 2009, et actuellement composé de : Gustavo Magalhães (basse / Vougan, ex-Achillea, ex-Tekilahell), Hugo Santiago (guitare / Vougan), Mário Linhares (chant / Harllequin, ex-Heaven's Guardian, ex-Khallice), Anderson Soares (batterie / Vulture Of Corpse, ex-Abstract, ex-True, ex-Unblemished), Glauber Oliveira (guitare / Caravellus, Harllequin) et Vinicius Sodré Maluly (clavier). Dark Avenger sort son premier album, "Dark Avenger", en 1995 chez Zen Records, suivi de "Tales Of Avalon: The Terror" en 2001 chez Megahard Records, de "Tales Of Avalon: The Lament" en Novembre 2013 chez Voice Music, et de "The Beloved Bones: Hell" en Septembre 2017 chez Rockshots Records.

Discographie :

1995 : "Dark Avenger"
2001 : "Tales Of Avalon: The Terror"
2003 : "X Dark Years" (EP)
2013 : "Tales Of Avalon: The Lament"
2015 : "Alive In The Dark" (Live)
2017 : "The Beloved Bones: Hell"


La chronique


En effectuant mes recherches sur le groupe, je me suis rappelé soudainement de leur premier album, de par le lion en furie, tout de rouge éclairé, figurant fièrement sur la pochette. Et je me suis également remémoré combien je galérais à cette époque (1995), bien avant l’ère MP3, à trouver des albums de qualité qui saurait assouvir ma passion du power metal. Malheureusement, le souvenir que j’ai de Dark Avenger en est un plutôt moyen. Je n’ai d’ailleurs pas vraiment suivi la carrière du groupe après ce premier album.

Sans trop d’attente, je me suis mis dans les oreilles ce "The Beloved Bones: Hell" et quelle ne fut pas ma surprise dès les premières secondes de la pièce éponyme du groupe de réaliser combien il a évolué depuis son premier album. On a ici affaire à un savant mélange entre l’agression somme toute mélodique de Nocturnal Rites sur "Afterlife" et les meilleurs moments néoclassique metal de Symphony X, période "The Damnation Game". D’ailleurs, Mario Linhares au chant s’apparente tendrement à l’approche mixte agresso-dramatique de Russel Allen.

Là où les débuts du groupe officiaient dans le power metal de bonne facture sans surprise, "The Beloved Bones: Hell", première partie d’un concept en deux temps, propose plutôt un virage à 180 degrés avec des pièces phare, épiques et proches du prog metal comme "King For A Moment" et ses riffs massifs et rapides, le tout encore une fois accompagné de la voix solide de Linhares. L’album, long de 57 bonnes minutes, n’ennuie pratiquement jamais, tant la diversité est au rendez-vous. Dark Avenger parvient à éviter le piège du copier-coller. Malgré des similarités avec les groupes susmentionnés en début de chronique, et des moments fortement inspirés de Nevermore, les membres du groupe ont ici composé un album fort personnel démontrant clairement l’étendue du travail accompli.

On oublie souvent combien les atmosphères créées derrière un album peuvent aider à le rendre unique. Ici, les claviers et les instrumentations orchestrales sont résolument bien réussis. Plutôt que de faire office d’introduction ou d’interlude, le tout est parfaitement en symbiose avec les riffs de guitare et l’ambiance ouvertement lourde et glauque. On appréciera au passage les percussions dans "This Loathsome Carcass" rappelant les origines brésiliennes du groupe, et sans contredit, un certain hommage, conscient ou non, au célèbre "Holy Land" d’Angra. Décidément, cette première partie, sous-intitulée "Hell" porte bien son nom. Et cela est de très bon augure pour la suite "Divine" à venir prochainement.


Mathieu
Novembre 2017


Conclusion
Note : 18/20

Le site officiel : www.facebook.com/darkavengerofficial