Le groupe
Biographie :

Catchlight est un groupe de rock post-progressif crée en 2011. Ce projet voit le jour à Grenoble d’une idée de projet solo de Sébastien Arnaud (Gliesers), guitariste et chanteur du groupe. Il compose un premier album concept nommé "Amaryllis" en 2011 aidé par l’arrivée de Michael Holzinger qui deviendra en 2012 le batteur officiel. Suivi par Romain Guiramand (claviériste) et Arnaud Michelet (guitariste) qui viendront compléter le line up du groupe. "Amaryllis" est enregistré en 2015, en autoproduction, par Marc Bohnke qui enregistrera en premier lieu la batterie puis par Maël Diard et Sébastien Arnaud. Il sortira en Février 2016 sur les plateformes internet telles que Bandcamp ou encore YouTube. Suite à la sortie de l’album, le groupe fera un premier concert à Grenoble en première partie de Collapse, qui leur vaudra l’arrivée du bassiste Alexandre Bouteiller (Moriquendi, ex-The Oath).

Discographie :

2017 : "Amaryllis"


La chronique


Catchlight est un groupe ambitieux puisque son premier album, "Amaryllis", n'est autre qu'un concept, un exercice de style auquel certains groupes établis ont peur de se frotter ! Le groupe annonce d'ailleurs vouloir faire en sorte que chaque morceau soit un épisode et chaque album une saison d'une sorte de série musicale, comme je le disais Catchlight n'a pas froid aux yeux.

Après une courte intro, c'est "Eclosion" qui ouvre le bal avec des ambiances sombres, des tempos pesants, des mélodies mélancoliques et un chant gorgé d'émotions. On se rend compte de suite que la production est excellente et que le son est clair, chaud et organique. L'ambiance par contre est bien plus froide, les mélodies transpirent la mélancolie et la désillusion, et la musique de Catchlight est globalement posée et éthérée. Malgré quelques riffs plus durs et quelques passages plus nerveux, le groupe donne dans une sorte de rock prog atmosphérique assez planant et pour tout dire plutôt beau. Quelques discrets arrangements electro ajoutent au côté science-fiction du concept et s'intègrent plutôt bien au reste. Malgré une durée qui tourne souvent autour des cinq ou six minutes, les morceaux ne nous perdent jamais en cours de route et ne développent jamais de structures trop tortueuses. Le talent de Catchlight pour les ambiances et les mélodies accrocheuses fait que sa musique sait se faire aussi riche que directe. Sans jamais vraiment leur ressembler, on peut sentir une proximité avec Tool au niveau des ambiances développées, ce croisement entre rock et metal influencé par le progressif auquel s'ajoute des sonorités plus modernes et un climat globalement torturé.

Quelques morceaux se font un peu plus expérimentaux, plus tortueux et plus difficiles d'accès, comme par exemple "Criminals" qui flirte avec l'indus au point de rappeler un certain Ministry par moments. Pour un premier album, Catchlight montre déjà pas mal de variété et de richesse, et même si certaines influences sont s'entendent encore (Tool en tête), on est tout de même loin d'un groupe qui se contenterait de citer ses classiques. Ces gars-là savent déjà créer des ambiances prenantes et ont un sens de la mélodie certain, si on ajoute à ça un professionnalisme flagrant, on se dit qu'on tient là un groupe qu'il va falloir surveiller et qui risque de développer de très bonnes choses à l'avenir. En l'état, ce "Amaryllis" vaut déjà largement que vous y posiez une oreille si le prog à tendance rock sombre vous parle, les plus poilus des métaleux risquant de ne pas s'y retrouver dans cet univers assez classieux et feutré. Des accès d'agressivité se font évidemment entendre puisqu'on peut même croiser quelques growls et du chant hurlé, mais ce n'est vraiment pas là-dessus que Catchlight met l'accent, préférant emmener nous emmener dans le monde qu'il a créé et qu'il a l'intention de perpétuer sur d'autres réalisations.

Un premier album plutôt réussi et très plaisant à écouter qui montre déjà pas mal de richesse et de profondeur tout en étant relativement facile d'accès. Une bonne carte de visite pour un groupe que l'on va suivre de près.


Murderworks
Juillet 2017


Conclusion
Note : 16/20

Le site officiel : www.catchlight.fr