Le groupe
Biographie :

Burning Witches est un groupe de heavy / power metal suisse formé en 2015 et actuellement composé de : Jeanine Grob (basse), Lala Frischknecht (batterie), Romana Kalkuhl (guitare / Atlas & Axis), Seraina Telli (chant / Surrilium, ex-Rizon) et Alea Wyss (guitare). Burning Witches sort son premier album éponyme en Mai 2017.

Discographie :

2017 : "Burning Witches"


La chronique


Un groupe dont les membres partagent tous ensemble le même bagage génétique "xx" et dont le nom est Burning Witches ne laisse surtout pas présager qu’il sera ici question de la dernière formation à la mode de Simon Cowel.

Les premières notes de "Black Widow" sont plutôt trompeuses dans leur présentation des influences du groupe, très Judas Priestiennes, avant de s’abattre sur l’auditeur un heavy metal traditionnel aux tentacules thrash vous prenant directement à la gorge. Clairement, Romana Kalkhul, fondatrice du groupe, et Alea Wyss n’ont pas lésiné sur l’écriture de riffs impressionnants et incisifs. D’ailleurs, Kalkhul rêvait depuis belle lurette d’une formation entièrement féminine et leur résultat est plus que probant. Actuellement au Québec, au sein de la colonie artistique, un débat en lien avec le déséquilibre homme / femme en musique fait rage. Ma province aurait grandement besoin d’un Burning Witches pour venir botter le cul des plus machistes des artistes de ma lointaine contrée.

Les hostilités se poursuivent de plus belle sur la pièce éponyme de l’album, avec cette fois-ci une approche résolument plus traditionnelle, avec des passages instrumentaux aux saveurs mélodiquement Maiden. Vocalement, Seraina Telli, rappelant l’excellente Lzzy Hale, possède un registre fort impressionnant, autant mélodique qu’agressif. Le premier moment de grâce vous sera accordé dès le troisième morceau, "Bloody Rose" où, en plus des influences déjà mentionnées en début de chronique, seront ajoutées de sympathiques growls ainsi que des riffs teintés death thrash menant vers un refrain power metal tout ce qu’il y a de plus américain (au diable les dragons amateurs de spaghettis !). Je me suis même surpris à penser à une défunte formation canadienne, Kitty, dans certains passages.

S’il n’y avait qu’un seul morceau pour présenter de manière adéquate Burning Witches, je conseillerais sans hésiter "Dark Companion". En effet, à la suite de la lente introduction laissant présager une énième power ballad, le tout est suivi de tout ce qui fait du groupe un parfait mariage entre une intégration totalement assumée de multiples influences et une appropriation de celles-ci pour en faire un produit unique. Que ce soit le mélange des chants, les riffs de guitare inspirés ou bien la section rythmique déchaînée, tout est présent en une symbiose metal fort impressionnante. "Save Me", par contre, ne trompe pas dans ses intentions. Par contre, plutôt que de proposer une power ballad typique, Burning Witches ose plutôt le bon vieux rock à la Halestorm, démontrant également hors de tout doute l’étendue du talent de Seraina Telli, parfaite dans son rôle de front woman.

Assurément, une formation entièrement féminine peut rivaliser sans souci avec les meilleurs groupes masculins et Burning Witches ne se doit pas qu’être l’exception qui confirme la règle, mais également la formation qui pave la voie aux prochaines.


Mathieu
Juin 2017


Conclusion
Note : 18/20

Le site officiel : www.facebook.com/burningwitches666