Le groupe
Biographie :

AntropomorphiA est un groupe de death metal hollandais formé en 1989, reformé en 2009, et actuellement composé de : M (batterie / Flesh Made Sin, ex-Legiah), F (chant, guitare / ex-Solutions, ex-Crustacean), S (basse / Flesh Made Sin, ex-The New Dominion) et J. (guitare / Acrostichon, Razend, ex-Age Of Agony, ex-Outburst, ex-Crustacean, ex-Master). AntropomorphiA sort son premier album, "Pure", en 1998, suivi de "Evangelivm Nekromantia" en Octobre 2012 chez Metal Blade Records, de "Rites Ov Perversion" en Septembre 2014, et de "Sermon Ov Wrath" en Février 2017 toujours chez Metal Blade Records.

Discographie :

1993 : "Necromantic Love Songs" (EP)
1998 : "Pure"
2012 : "Evangelivm Nekromantia"
2014 : "Rites Ov Perversion"
2017 : "Sermon Ov Wrath"


La chronique


AntropomorphiA est un groupe de death metal formé en 1989 aux Pays-Bas. Il est composé de Ferry Damen (chant, guitare), Jos van den Brand (guitare), Marco Stubbe (batterie) et Marc van Stiphout (basse). Le groupe sort le 24 Février son troisième album "Sermon Ov Wrath", chez Metal Blade Records.

L’album commence plutôt bien avec "Sermon Ov Wrath", titre éponyme. On est dans du death agressif et rentre-dedans, avec de gros riffs tranchants et répétitifs. Le chant est guttural, juste ce qu’il faut. Le son est très old school, et le rendu est plutôt sympa. On continue dans ce voyage au cœur des années 90, où le death était loin de faire dans la dentelle. "Suspiria De Profundis" s’enfonce un peu plus dans la noirceur, la batterie blaste frénétiquement, sur un lit de guitares gargouillantes. La basse, assez mise en avant sur ce morceau, est gérée d’une main de maître et apporte le détail qu’il manquait à ce morceau pour totalement délivrer son message. La pression redescend d’un cran, "Murmur Ov The Dead" fait dans un autre registre, celui du morceau plus lent et également plus recherché. Le mur de guitares est toujours là, mais plus groovy. Lui non plus n’invente rien dans le death, mais dégage une atmosphère, une aura puissante.

Jusque là, AntropomorphiA reste dans ce qu’il fait le mieux, et ne s’éloigne donc pas des sentiers battus du death traditionnel. Pour ceux qui ne versent pas là-dedans, pas de panique, l’album va prendre une toute autre direction, et ce sans qu’on s’y attende. Après "Ad Me Venite Mortui", un interlude d’une minute de guitares très solennelles, s’ensuit "Crown Of The Dead" dans une parfaite continuité. Ce morceau de presque huit minutes est lui aussi empreint d’une certaine gravité dans l’exécution. Et, bien qu’il soit relativement long pour un morceau death, on ne s’ennuie pas une seconde. Le groupe a même eu l’idée judicieuse d’incorporer des voix féminines dans cette composition fine et bien ficelée. Vous l’aurez remarqué, là, nous sommes bien loin du lavage de cerveau du début de l’album ! On reste dans la même veine avec "Within Her Pale Tomb Ov Putrid Lust", plus accessible à l’auditeur "non averti". Il commence par une intro de basse et de guitare, et part en envolée teintée de mélancolie. Cependant, et malgré la qualité de ce morceau, je n’arrive pas à accrocher réellement. Tout comme "Sinful Rapture", présent dans cet album, il manque encore une fois – car c’est là toute la difficulté de la composition musicale -, ce petit plus qui fait qu’on l’écoute sans s’en lasser. L’épopée mélodique se poursuit, "The Blistering Splendour Ov Darkness" est lisse et n’a pas un poil qui dépasse. Et ce n’est pas à connotation péjorative, car il est très bien fait. Entre riff catchy et chant efficace, on en a pour notre argent !

Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin ! "In Bestial Decadence" ne déçoit pas, bien au contraire ! A l’instar de "The Blistering Splendour Ov Darkness", elle est rythmée et entraînante. Malgré cela, on hume à nouveau les effluves du death 90’s. Même si le groupe ne se débrouille pas trop mal en voulant sonner plus moderne, son pouvoir de composition dans le domaine est tout de même moins marquant. Le rapport de force entre ces deux opposés est cependant parfaitement équilibré ici. C’est pour moi un des titres les plus efficaces de cet album, il le conclut donc en toute beauté.

Trois ans après "Rites Ov Perversion", AntropomorphiA revient avec un album qui envoie du lourd ! "Sermon Ov Wrath" est au final un album assez éclectique, avec des morceaux prenant parfois des directions très différentes, on navigue ainsi entre différentes ambiances et ressentis. De plus, le groupe a creusé plus profondément dans le death metal, pour en sortir des compositions nouvelles, plus modernes et tout aussi appréciables pour la plupart. L’ensemble est bon sans pour autant atteindre l’excellence, mais ce n’est pas bien grave, car on passe un bon moment en l’écoutant, et c’est le plus important !


Candice
Mars 2017


Conclusion
Note : 15/20

Le site officiel : www.antropomorphia-official.com