Le groupe
Biographie :

Alunah est un groupe de doom psychédélique anglais formé en 2006 et actuellement composé de : Soph Day (chant / guitare), Dave Day (guitare), Dan Burchmore (basse) et Jake Mason (batterie). Après un premier album sorti en 2010, les Anglais reviennent avec "White Hoarhound" sorti en 2012 chez PsycheDOOMelic Records. Ils rejoignent ensuite Napalm Records pour la sortie de leur troisième album, "Awaking The Forest", en Octobre 2014. "Solennial" sort en Mars 2017 chez Svart Records.

Discographie :

2008 : "Fall To Earth" (EP)
2009 : Split vinyl avec Queen Elephantine
2010 : "Call Of Avernus"
2012 : "White Hoarhound"
2014 : "Awaking The Forest"
2017 : "Solennial"


Les chroniques


"Solennial"
Note : 12/20

C'est avec un splendide artwork que les Anglais d'Alunah nous présentent leur quatrième opus "Solennial". Le groupe oeuvre toujours dans un doom / stoner bien édulcoré et tout en légéreté.

Le souci, c'est que, pour le coup, ça l'est un peu trop, on a donc des titres trop soft comme "Feast Of Torches" qui nous lasse très vite ou bien "Lugh's Assembly" qui se veut plus progressif mais c'est hélas mal amené et pas assez riche, tout comme "The Reckoning Of Time" trop pauvre. Le chant féminin de Sophie Day est l'atout du groupe car il accroche l'oreille.

Le reste est loin d'être mauvais mais ce n'est pas assez recherché. Les morceaux tournent ainsi trop autour du chant comme dans "The Dying Soil". Au départ, ça fonctionne mais ça s'essouffle assez vite car les riffs sont bien souvent pas assez prenants. "Fire Of Thornborough Henge" est par exemple bien ramolli. La bonne surprise, c'est le morceau "Petrichor" qui est bien vivant et qui a plus de chien. A part celui-ci, les sept autres ne sont pas vraiment à la hauteur.

"Solennial" n'est donc pas une réussite, il est assez éteint et n'a que très peu d'âme. Les éléments positifs ne sont pas assez nombreux pour que cela fonctionne.


Nymphadora
Avril 2017




"Awaking The Forest"
Note : 16/20

Il y a de ces artistes pour lesquels le coup de coeur est immédiat. Une chair de poule naissante à l'écoute de sonorités qui comme par magie réveillent ce quelque chose que l'on attendait depuis longtemps. C'est ce que m'a provoqué il y a quelques années le groupe originaire de la ville de Black Sabbath (Birmingham, UK) qui nous promet une heureuse nouveauté en cet automne 2014. "Awaking The Forest" baptise ainsi leur troisième full-length qui sortira sur Napalm Records en Octobre prochain.

Après des premiers pas concrets avec "Call Of Avernus" (2010) puis "White Hoarhound" (2012) gracieusement accueillis par un public toujours plus désireux de solides découvertes, Alunah a provoqué son succès dans son mélange de sonorités variées, alliant un doom au background classic rock teinté de psyché, les vocaux hypnotiques occultes en prime, leadé telle une prêtresse chamanique par sa chanteuse au timbre magnétique, Sophie Day. Ayant foulé les planches aux côtés de quelques pointures (Saint Vitus, High On Fire, The Sword) et arpenté les festivals de renom du genre, leur réputation grimpe petit à petit vers la reconnaissance d’un travail au rendu professionnel mérité et à la différence qui charme. Avec "Awaking The Forest", le quatuor opte pour un copieux six titres fidèle à la lignée des précédents opus. Histoire de faire les choses en grand, le clip du titre "Heavy Bough" est visible en avant-première sur les plate-formes musicales, mise en scène inspirée des textes de Soph dans lesquels les thèmes de la nature et de l’ésotérisme prédominent. L'artwork par Michael Cowells, représentant le personnage principal de la vidéo, illustre le climat général de la production. La qualité sonore met l'eau à la bouche, les autres pistes n'échappent en rien à la règle. L'enveloppe ambiante pèse sur des accords opulents et groovy, les envolées guitaristiques laissent place à quelques minutes de pur instrumental.

Du lourd, de l'envoûtant et une morosité attachante, Alunah emprunte les sentiers qui feront à coup sûr grimper le groupe en flèche. Une date européenne démarre dès le début du mois prochain, passage en France dans la capitale le 3 Octobre.


Angie
Septembre 2014




"White Hoarhound"
Note : 16/20

Me voici donc à l’écoute d’un groupe pour moi jusque là inconnu au bataillon, ayant pourtant derrière lui certains acquis, un full-length sorti en 2010 et quelques EP / démos depuis 2007. Je découvre "White Hoarhound" (2012) la dernière petite galette des quatre membres de Birmingham et les premières sensations se dégagent déjà. Quel son ! A-t-on bien précisé que l’on parlait ici d’un doom / stoner occulte? Pour tout amateur d’Electric Wizard & co, on aurait bien affaire ici à un nouveau petit bijou qui ne demande qu’à être propagé dans les foyers des passionnés.

Les premiers accords de "Demeter’s Grief" annoncent d’emblée la teinte, accords pâteux diffusés avec lourdeur dans une masse réverbérée, juste ce qu’il faut pour foutre le frisson. L’ensemble sonore résonne massif et ésotérique avec quelques solos de guitare qui viennent agrémenter le tout avec richesse. On comprend parfaitement les influences dégoulinantes et malpropres du style, et pourtant, sans sensation de résultat surproduit, le jeu ne dépasse pas d’un millimètre. Les titres se suivent dans une cohérence apaisante avec peu de variations de tempo, ici le BPM traîne la patte donnant tout son côté captivant au genre musical. "Oak Ritual I" sort du lot se voulant la berceuse de l’album, avec son acoustique relaxante agrémentée d’une voix masculine (de quel musicien je ne sais pas) et de notes d’orgue ecclésiastiques. Le chant féminin me faisant en général le même effet que ma première tasse de café, j’admets me trouver admirative des intonations de dame Sophie sacrément bien ficelées. Mélodique et aérienne, la voix teintée 70’s se pose en maîtresse entre l’Eden et les abîmes et colle absolument au projet. Ce n’est pas la première fois que l’on côtoie une formation de ce genre mais Alunah semblerait pourtant bien sortir du lot.

Enregistré sur le fameux label PsycheDOOMelic Records, rien d’étonnant à ce que le record soit d’une telle qualité. Un album qui séduira les amateurs du genre mais saura également s’étendre à un plus large public désireux de belles découvertes.


Angie
Décembre 2012


Conclusion
L'interview : Soph Day

Le site officiel : www.alunah.co.uk