Le groupe
Biographie :

ADX fut en France un des groupes de hard rock les plus populaires au cours des années 80. Fondé en 1982, le groupe se fait rapidement remarquer par un speed metal brillant et original, avec des paroles inspirées notamment par l'histoire de France et sa littérature classique, ce qui donne au groupe une vraie personnalité. Parmi les thèmes abordés dans les paroles : la Révolution Française et l'Ancien Régime, le Marquis de Sade, Brocéliande et la légende arthurienne (cf Chrétien de Troyes), Notre-Dame de Paris et Victor Hugo… Dès la première écoute, on reconnaît le style particulier d'ADX. Après une première démo vite remarquée par la presse spécialisée, ADX enregistre son premier album, d'autres suivront. "Suprématie" obtient d'excellentes critiques jusqu'au Japon. Fort de son succès, tant discographique que scénique (concerts avec Sacred Reich, Coroner, Sodom… entre autres groupes majeurs de la scène speed metal / thrash internationale) et un peu à la l'étroit sur le marché français, ADX tente alors une carrière à l'étranger avec le label Noise et enregistre en 1991 un album en anglais. Cet album ne rencontre pas le succès et ADX quitte la scène en 1992. En 1998, le label français XIII Metal réédite "Execution". Pour l'occasion ADX se reforme et donne un concert à Paris à la Locomotive : succès. Cela redonne le moral aux musiciens, qui enregistrent un nouveau CD "Résurrection". Puis le groupe disparait à nouveau de l'actualité. En 2006, ADX se reforme et donne à nouveau des concerts. Suivent les albums "Division Blindée" en 2008, "Terreurs" en 2009, et "Immortel" en 2011 chez XIII Bis Records. En Février 2013, suite au départ de Klod (bassiste) et à plusieurs auditions, c'est Julien Rousseau (ex-Fallen Joy) qui rejoint ADX comme bassiste officiel. La première date de ce nouveau line-up est organisée en compagnie de Moonspell à Limoges le 20 Avril 2013, ensuite ADX entre dans une phase de composition avant de reprendre les concerts au mois d'Octobre et de retourner en studio avant la fin 2013. Ces enregistrements donnent naissance à l'album "Ultimatum" qui sort le 24 Février 2014. En Avril 2015, Nicolas "Nicklaus" Minier remplace Bernard Yves Queruel au poste de guitariste. "Non Serviam" sort le 10 Juin 2016.

Discographie :

1984 : Démo
1985 : "Execution"
1987 : "Suprématie"
1988 : "Exécution publique" (Live)
1991 : "Weird Visions"
1998 : "Execution" (Réédition)
1998 : "In Memorium" (Compilation)
1998 : "Résurrection"
2001 : "VIII Sentence" (Compilation)
2008 : "Division Blindée"
2010 : "Terreurs"
2011 : "Immortel"
2014 : "Ultimatum"
2016 : "Non Serviam"


Les chroniques


"Non Serviam"
Note : 18/20

Votre humble serviteur ne cesse de le dire, il aime la scène française et il tâche quand il le peut de le faire savoir à qui veut l’entendre, s’il y a quelques années les groupes français souffraient quelque peu d’un sentiment d’infériorité face aux groupes internationaux, la tendance s’est inversée ces dernières années, si autre fois enflammer une salle anglaise était un exploit, il est aujourd’hui presque habituel de voir des groupes français s’exporter et accompagner des "grands" du metal autour de la planète. On se rend compte aujourd’hui que le metal français était et est d’une grande richesse, les "vieux" groupes jouissent aujourd’hui d’une belle aura et connaissent une véritable nouvelle jeunesse, une nouvelle vie. Je me rappelle très bien de ma première "exploration" dans le metal, c’était en 1986 (il s’agissait de l’EP 2 titres du groupe nîmois H n H réédité en fin d’année chez No Remorse Records), j’avais 9 ans, si depuis je n’ai cessé d’aimer le metal, je peux dire haut et fort que le groupe dont je vais vous parler aujourd’hui m’a également marqué à vie. On était en 1988 et c’était avec un album live, et pas n’importe lequel s’il vous plaît, "Execution Publique", vous voyez donc de qui je vais parler aujourd’hui : des grands ADX et de leur nouvelle offrande musicale au monde du metal.

Eh oui, après nous avoir démontré qu’ils étaient "Immortel" et après avoir lancé un "Ultimatum", ADX revient en ce début des beaux jours  avec un nouvel album sous le bras, le bien nommé "Non Serviam". Comme je vous disais un peu plus haut (mais maintenant vous me connaissez n’est-ce pas), un défenseur de la scène française comme moi, face à un groupe aussi culte, quasi légendaire, ne peut qu’être heureux, et je vous rassure, c’est le cas ! "Non Serviam" compte 11 nouveaux titres pour près de 46 minutes de heavy speed à la ADX. Si vous comptez bien, on est en moyenne à 4 minutes par titre, une tendance qui se vérifie depuis quelques albums chez les Parisiens. Pour ma part j’avais fortement apprécié "Ultimatum", le groupe revenait quelque peu à ses racines, avec un son live et des titres vraiment accrocheurs, mais là avec "Non Serviam", ADX se surpasse et je suis certain que cet album va faire parler de lui chez nous mais également à l’international. Quel plaisir d’observer, après plus de 30 ans de carrière, que le groupe est toujours aussi en forme et possède en lui ce que l’on appelle plus communément "le feu sacré". ADX n’a pas toujours connu de belles choses, mais le groupe nous prouve (encore une fois) que malgré les obstacles qui peuvent se présenter, si on est fort on se relève toujours. Certes, rien de nouveau au pays des Parisiens, "Non Serviam" est du pur ADX fait par ADX mais après tout, on ne va pas demander à de vieux lascars tout d’un coup d’innover, alors on envoie le bois, on déroule et on déboule et c’est très bien comme ça.

Avec "Non Serviam", pas de temps mort, pas de chichi, pas de pompon, Phil, Dog, Betov, Nicklaus et Julien jouent leurs partitions à merveille, rarement un groupe n’aura été si fidèle à son style, à son monde et à son univers, et ils le disent très bien eux-mêmes : "No Serviam". Le titre de ce nouvel album est plus qu’explicite. Pour être honnête avec vous, écrire quelques mots sur ADX est un juste retour des choses, ce groupe m’a tant apporté que je lui rends par l’intermédiaire de ces quelques mots un petit hommage, je ne puis que vous conseiller de ne pas passer à côté de cet album, ça serait presque un pêché, une erreur. Si c’est le cas, vous risquez de finir comme l’homme d’église sur le (très beau) visuel de l’album, damné... Je le dis haut et fort : oui, ADX a retrouvé son envie d’autrefois, oui ADX a retrouvé sa fougue, oui ADX est prêt à tout exploser sur son passage, et les nouveaux titres, à l’image de "La Mort En Face", "B 17 Phantom" ou encore "L’Enigme Sacrée" sont taillés pour la scène et préparez-vous à la guerre, les copains, foi de fan !

Je pense que vous l’avez compris, "Non Serviam" est un très bon album, pardon, un excellent album, il saura ravir les fans à la fois de la vieille école mais friands également de modernité. ADX possède une des plus belles carrières du metal français, agrémentée d’albums qui ont marqué l’histoire de la musique, certes il est dommage que les aléas de la vie aient un peu freiné parfois ADX mais comme je le disais un peu plus haut, le groupe a su se relever et franchir des caps, et ça c’est tout à leur honneur. Avec ce nouvel album, ADX montre et démontre encore une fois qu’ils sont incontestablement le fer de lance d’une scène française, le chaînon manquant, le lien entre la vieille et la nouvelle génération, mais ADX avec "Non Serviam" fait entendre qu’ils n’ont pas encore dit leur dernier mot, ni rendu leur dernier souffle et je l’espère, encore avec nous (très) longtemps.

En résumé, je dirais tout simplement que "Non Serviam" est un très bon album, qu’ADX s’appuie sur ce qu’il sait faire et a fait de mieux tout au long de sa carrière, un album inspiré qui fait beaucoup de bien par là où il passe. Les jeunes, accrochez-vous, ADX revient très très fort (dans tous les sens du terme !).


Vince
Mai 2016




"Ultimatum"
Note : 18/20

Bon on y est ! L'ultimatum lancé par ADX est à son terme, et le CD arrive dans les bacs, et autant vous avertir : ça dégage les cages à miel !

Après le très bon retour du groupe avec "Division Blindée" en 2008, et après avoir tout labouré sur leur passage, notamment au Motocultor, j'avoue que j'étais un peu déçu par "Immortel", bien ficelé, mais pas assez puissant à mon goût. Après quelques mois de suspense depuis le lancement de cet ultimatum, je glisse le CD dans le lecteur, l'oreille pendue pour découvrir ce nouvel opus.

Première chose à noter, le morceau titre ne sera pas repris en chœur par les fans, à l'instar de "Division Blindée" par exemple, puisque "Ultimatum" est l'intro de l'album. Malheureusement je dirais parce que comme souvent l'intro n'apporte rien. Par contre "Commando Suicide", lui, le sera certainement ! Premier vrai morceau de l'album, il nous met tout de suite dans le vif du sujet ! Tout ce qui a fait qu'ADX est ADX est là ! On croirait un retour aux sources tellement on retrouve le heavy speed old school qui a différencié le groupe de ses congénères des années 80.

En fait, hormis "Les Cœurs Eteints" qui démarre en ballade et évolue vers une fin de morceau heavy thrash, l'ensemble de l'album est fait dans le même moule. Les rythmiques oscillent entre lourdeur et sombreté, avec des morceaux mystiques comme "Paracelse", "Le Brave Des Braves" et "1572", mais savent aussi nous emmener à toute vitesse à travers les riffs saccadés dans "Red Cap" et "Divine Menace".

Mais pour moi, là où je retrouve LE ADX que j'aime c'est sur "Le Dernier Carré". Phil martèle les couplets sur des riffs incisifs, et le refrain sur un enchaînement basse/batterie du meilleur effet. Le tout avec un niveau de chant irrépochable. La "marteauthérapie" opère si bien qu'il est dur de résister à reprendre avec lui "Ils marchent sans jamais reculer". Même mon fils de 6 ans s'y est mis !!

Dernière bonne surprise de cet album, l'auto-reprise de "King Of Pain". Dès la première écoute, l'effet "rewind" type vieille cassette audio et l'entrée en matière me donnent une impression de déjà-vu, ou plus exactement déjà-entendu. Oui, souvenez-vous de "King Of Pain" dans Weird Visions… Ca revient ? Le réarrangement de ce morceau vieux de 24 ans est sans pitié. J'ai réécouté la version originale, et ça permet de mettre en avant l'évolution du groupe. La réécriture du texte en français reste la plus grande modification dans ce morceau, mais je note surtout que c'est plus pêchu, plus carré, mais aussi que Julien Rousseau, le nouveau bassiste, trouve bien sa place dans le groupe.

Alors que dire de plus de ce nouvel ADX ? Rien ! Achetez-le, écoutez-le et vous serez tout de suite conquis ! Tant mieux, après 30 ans de bons et loyaux services, la bande à Betov reprend la route pour le plus grand plaisir de nos yeux et nos esgourdes alors il faut en profiter pour aller se bouger le c.. et les cheveux devant une scène !


Nicko
Février 2014




"Immortel"
Note : 07/20

ADX, groupe culte des années 80 de heavy metal français qui ne doit plus être présenté pour les amateurs du genre. Par ailleurs, c’est sûrement le groupe français le plus connu dans le monde du heavy metal avec les Blasphème, Vulcain, Attentat Rock, et autres. Donc ADX revient en force avec un nouvel album "Immortel" composé de 14 titres et une pochette assez hideuse je dois l’avouer. Mais comme disent les Anglais, on ne juge pas un livre à sa couverture. C’est pour ça qu’on va se contenter du contenu.

Et là aussi ça se gâte, du moins je ne saurais comment l’expliquer… L’ouverture est sublime pour s’attaquer à la musique "Immortel", et je me dis que d’un côté, on a toujours ce côté mélodique d'ADX, avec un réel dynamisme, mais de l'autre, c’est quoi tous ces breaks qui cassent le morceau ? Bordel les gars, ne faites pas du prog, restez dans votre heavy / speed qui m’a tant charmé, alors que je n’ai que 19 ans. On continue avec "Pachydermus", "Messe Rouge", "Le Secret", "L'Adieu Aux Armes", "Baptême De Sang". Ca fait beaucoup de titres d’un coup n’est-ce pas ? Normal car le constat reste le même… on a des riffs qui déboîtent tout sur leur passage, mais il y aura toujours des contre-temps pour faire retomber la sauce. Adieu aux morceaux bien speed pendant 3 minutes… d’autant plus que la force d'ADX est bel et bien là, les textes sont forts et se retiennent bien, ce qui n’est pas désagréable lors d’une première écoute, ça vous titille l’oreille, et dès la deuxième écoute vous vous étonnez à chanter. Mais ces moments prog cassent bien le rythme et l’engouement qu’on peut avoir. Ensuite il y a titres assez sympa comme "Le Carnaval Des Lâches", "L’ombre Du Chasseur" ou encore "Le Dernier Geste" auxquelles j'aurai bien accroché, mais on est loin du grand ADX, il faut remettre ça dans le contexte bien entendu… c’est dommage, mais c’est ainsi. Je dois vous avouer que ça m’a pas mal refroidi et remis en question dans l'optique d'aller les voir en live… "Immortel" ? Pas tellement. Je pense avoir touché en plein cœur le problème.

Après, le mixage reste très classe, mais moderne, mais bon ça on ne peut rien contre la technologie ou autre, c’est sympa d’avoir quelque chose de propre et d’assez ouvert dans l’ensemble. Mais ça ne me parle pas. Grosse déception, des bons riffs, mais trop de breaks qui cassent le mythe.


Motörbunny
Octobre 2011




"Suprématie"
Note : 14,5/20

Je mets le vinyl sur la platine et là, je me (re)prends une baffe. Tu parles d'un flashback (20 ans) , et à part une ride par ci par là, ça dégage toujours autant. Avec ce troisième album, ADX n'est plus à présenter. Chef de file du renouveau métallique français, des riffs partout, des compos à tiroirs (ah ! la vierge de fer n'est pas loin) et la patate, on n'en demandait pas plus. Peut-être le plus complet de leur discographie.

Après une intro sympa, ça part à fond dès "Suprématie", gros riffs et rhythme effréné et ça ne se relâche pas en cours de route. Suit "Le Jugement De Salem", refrain fait pour le live et couplets toujours dans le rouge, un p'tit break et hop, on tient un hymne. Le quatrième morceau n'est pas en reste : encore un hymne et pas des moindres : "Notre-Dame De Paris" (et là on est loin de la comédie musicale). Riff entêtant (p***** j'ai la chair de poule) plutôt mid tempo, un classique. Allez on passe à "Victime" après l'intro pépère, ça monte dans les tours, pas mon préféré mais quelle pêche. "Les Secrets De l'Olympe", un instrumental, c'est la mode à cette époque, mais là on tient du bon speed avec un break franchouillard, et ils ont pas à rougir nos p'tits gars, parce qu'à vouloir à tout prix mettre des instrumentaux sur album, y'en a qu'ont pondu de sacrées bouses !

Vous vouliez des hymnes au metal français, eh bien en voilà encore un : "Brocéliande", que dire c'est du ADX pur jus, après une intro tout en douceur, des riffs, du rhythme, des breaks et en live ; croyez-moi tout le monde suit, même 20 ans après. Je les ai vus en 2007, on prend toujours autant de plaisir, et aussi généreux en live, j'en ai pas vu beaucoup, sans compter qu'avant leur concert ils traînaient dans la salle et ne se la jouaient pas grandes stars, salut Klod. "La Peur Et L'oubli", "je vais vous compter comment par deux fois je suis passé de vie à trépas", quelle intro, surtout que derrière et bien on trépasse réellement. Ca déboule, ça joue, ça speed et jusqu'au dernier riff, mon titre préféré. Pour finir l'album, pas de ballade (une mode aussi dans les 80's) juste "L'Ordre Sacré" et toujours ce sens du riff, de la vitesse mais surtout de la mélodie. Une paire de guitaristes comme ça, c'était plutôt rare dans le metal. Mais non j'ai pas oublié le chant, et Phil y'a pas grand chose à dire. ADX sans cette voix c'est plus vraiment pareil, sans compter que les textes sont loin d'être aussi niais que la plupart des groupes de la fin des années 80 (la déferlante US ayant fait des petits en France).

Pas le plus grand album de l'époque, mais ami si tu dois entrer dans le monde d'ADX, cet album est la plus belle des portes !!!


Bruder Thorgrim
Mars 2008


Conclusion
L'interview : Betov

Le site officiel : www.a-d-x.ch