Le groupe
Biographie :

A l’heure où le metal est envahi de groupes et de genres où beaucoup privilégient le look à l’instrument, il est facile d’oublier que l’intensité et la puissance sont les bases sur lesquelles s’est forgé le death metal. Ad Patres se charge de rafraîchir la mémoire des amnésiques… C’est ce souhait de perpétuer l’esprit originel du death metal qui a poussé Alsvid batteur / fondateur de Seth, ayant officié dans diverses formations (Enthroned, Code, Fornication…) à s’entourer d’acolytes partageant son point de vue. C’est ainsi que des membres de I.O.S.T. l’ont rejoint. L’idée n’étant toutefois pas d’être un tribute band ou de se contenter d’accumuler les clichés old school, l’ex-guitariste de Withdrawn est venu grossir les rangs d’Ad Patres en apportant du sang neuf. C’est ce mélange d’influences et d’expériences qui a abouti à l’enregistrement d’un premier CD sous la houlette du leader de Gorod. La formation est donc opérationnelle et entends désormais déverser son torrent de riffs affutés aux blast-beats sur vos oreilles engourdies.

Discographie :

2010 : Promo CD
2012 : Split K7 avec Writhing
2012 : "Scorn Aesthetics"


Les chroniques


"Scorn Aesthetics"
Note : 17/20

Après avoir eu l’honneur de faire la chronique de leur split avec Writhing, je n’ai point d’autre choix que de me répandre à nouveau en commentaires dithyrambiques sur cette bombe atomique qu’est "Scorn Aesthetics", réalisée par les Bordelais de Ad Patres. Consciente des performances scéniques foudroyantes de cette formation encore toute fraîche qui sévit depuis seulement quatre ans et dont le premier opus date de 2010, je vais présenter ici le tout premier full-length d’une discographie qui a, à l’évidence, de beaux jours devant elle.

On décèle premièrement dans "Scorn Aesthetics" un souci particulier de la structure des compos : plutôt que de bourriner dans le pâté de vioque à tout va, les Aquitains font preuve de réflexion quant à la teneur des morceaux et l’imbrication des modules instrumentaux. L’album est préludé par une brève intro de 26 secondes avant d’appareiller sur "The Lock", qui nous honore d’un système de riffs sauvages et bien exécutés, d’une structure rythmique accrocheuse et véhémente, le tout exalté par le débit frénétique du vocaliste. "Scars Of Compromise" et "In Vivo" s’ornent de quelques passages ralentis et d’une pointe de soli de guitare placés avec autant d’astuce que "Circles Of Red" fait mouche en nous proposant un contenu brutal et massif émaillé de mid-tempos bien étudiés ; Le groupe continue d’évoluer dans le registre brutal et élaboré avec "To The Fathers", "Emphasize Nihility" et "Scorn Aesthetics", où le module rythmique prend ses lettres de noblesse en nous honorant de tempos frénétiques accolés à des riffs carrés et massifs. Les séquences ralenties s’incorporent efficacement aux compos ("Anti", "All That Remains") ,ce qui constitue un vrai défi pour un groupe de brutal death désireux de conserver une essence hargneuse tout le long de l’album qu’il régit.

Le pari est gagné haut la main par Ad Patres, qui rassemble tous les éléments nécessaires d’un bon album : un chant âpre et hargneux, des compos efficaces et judicieuses, un aspect technique remarquable et une certaine cohérence quant à la succession des morceaux. Dommage pour la production, un peu trop briquée à mon goût, davantage de croustillance et de saturation auraient été les bienvenues… mais ce détail passe rapidement aux oubliettes une fois en live.


Delph
Août 2012




Promo CD
Note : 16/20

Bordel de bordel, je commencerais cette chronique par ça. En écoutant ce promo dont nous reviendrons sur la longueur ultérieurement, j'ai eu l'agréable impression, après avoir constaté la puissance du chant d'Axel et les énormes parties de plaisir de death compulsif fournies par les guitares, que les blasts étaient rudement intensifs. Maintenant tout le monde peut penser que des batteurs qui blastent comme des tarés il y en a plein, mais en allant voir sur le MySpace , je me suis aperçu que le batteur était ce vieux briscard de Yann Herrera. Batteur de talent qui a officié chez Enthroned, E Force (groupe de Eric Forrest, ex-Voivod), Seth, Psalm, Fornication, mais qui a surtout fait ses débuts chez Asgard... Une grande époque, que de souvenirs...

Enfin après la séquence nostalgie, il est de bon ton de passer aux choses sérieuses. Comme on ne l'aura pas deviné au travers de ma grande tirade développée supra, Ad Patres vient de Bordeaux. Composé donc de Yann à l'origine de la création du groupe, mais aussi d'Olivier Bousquet (ex-Withdrawn) ainsi que de Canard à la guitare, Arnaud à la basse et donc Axel aux grunts et même aux growls, voire aux gruiks éventuellement, ainsi qu'aux aarrrrgh, mais en émettant une réserve. Alors voilà, formé aux alentours de 2008, c'est le premier cd de Ad Patres. Comme son nom l'indique Ad Patres vient du latin, qui signifie "retourner vers ses pères", donc forcément qui veut dire mourir ; Quoi de plus naturel pour un groupe qui fait du death metal que de se nommer ainsi, car finalement il y aura une certaine redondance dans l'idée de la mort. Mais nous ne sommes pas ici pour digresser sur des choses futiles.

Avant de ne cesser de balancer des éloges sur ce CD, on va immédiatement parler des choses qui fâchent et du côté négatif du truc. Un promo CD, ça fait vraiment chier le monde, trois titres ce n'est pas assez, certes ça sert à promouvoir le groupe en quête de signature vers un label, mais c'est trop peu pour qui veut écouter le son entièrement. Merde quoi, juste environ neuf minutes, on a l'air de quoi nous après !! Le zizi cérébral gonfle, gonfle à l'écoute des morceaux, et paf !!! Plus rien !! Terminé !! Mais on n'est pas des éjaculateurs précoce du death metal quand même.... Enfin... En parlant de son, même s'il est trop court, ce CD est évidemment bien produit puisque le groupe a bossé avec Mathieu (Gorod) au Bud Records pour l'enregistrement de ces trois titres. Et pour continuer à dire que Ad Patres c'est quand même du death technique à peine brutal qui t'agrandit l'orifice doté de sphincters, on pourra mettre en avant cet aspect très sincère de composer une musique death à l'ancienne, c'est à dire direct, dynamique sans chercher la branlette de manches, mais plus dans l'impact efficace et immédiat des rythmiques puissantes.

Donc d'une part gros travail sur les voix, Axel oscille aisément dans son registre death pour proposer des variations proches de celles de Dying Fetus parfois, avec des passages plus sourds et feutrés sur "The Lock", tandis que "To The Fathers" et "Scorn Aesthetics" offrent une voix death plus claire, comme on peut le savourer avec les groupes tels que Vader ou les vieux Entombed si vous voyez ce que je veux dire... Mais les vocaux sont toujours en osmose avec les morceaux, ils restent un point fort du groupe parce que ça ne fait qu'un avec la musique en totale harmonie brutalistique. Ensuite énorme travail de composition sur les morceaux qui peuvent passer d'un death très violent et technique tant niveau batterie que guitares, dans une approche à la Cryptopsy, voire Dying Fetus, mais en même temps, qui sur d'autres moments peuvent surfer sur une vague inspirée par les mentors du death Américain d'une époque mémorable qu'étaient les groupes tels que Monstrosity et surtout Brutality. Car à l'écoute de certains thèmes de "The Lock", dans les passages rapides et agressifs, où la double tape comme un marteau-pilon, on retrouve un peu cette atmosphère qu'il y avait sur le morceau "When The Sky Turns Black" tiré de l'album du même nom.(écoutez vous comparerez) Ad Patres met largement en avant ses intentions de jouer du death metal, celui des "dix glorieuses" du millénaire précédent et qui nous a fait aimer ce courant musical extrême. C'est effectivement l'intensité des chansons qui est mise en avant pour mettre la tête de l'auditeur à l'envers en l'espace de quelques minutes. L'objectif est atteint juste avec trois morceaux, juste trois morceaux qui réussissent à synthétiser toute une décennie de death metal, en proposant de la technique, de la brutalité et de la puissance. Ad Patres domine excessivement bien ses compositions en apportant des segments mid-tempos au moment opportun, comme sur "To The Fathers" où le solo est de mise pour laisser la place à l'ambiance pesante et malsaine typique du death metal.

Petit aparté: Chose étrange on constate que c'est Arnaud Pecoste qui est à l'origine des paroles de ces chansons et non Axel, on peut donc se demander le rôle de chacun au sein du groupe quant au processus de composition....

Pour terminer, on concluera sur le fait que Ad Patres est parfait au niveau production, que Ad Patres est parfait au niveau inspiration, que Ad Patres est parfait au niveau technique et efficacité, que Ad Patres est parfait et carré au niveau interprétation, mais malgré tout la perfection n'existe pas, alors on se contentera d'apprécier de groupe girondin, qui à l'instar de Offending pour rester régional et chauvin, prouve que le terme old school est obsolète puisque le death metal a toujours été, est et sera éternellement. Je crois que j'ai pris un bonne baffe... ça fait mal... encore une fois...


Arch Gros Barbare
Février 2011


Conclusion
L'interview : Canard & Arnaud

Le site officiel : www.myspace.com/adpatresdeathmetal